A l’ère de la transformation digitale, les « soft skills » sont-elles toujours aussi importantes ?

Interview avec Richard Cannane – Global Training & Development Manager chez Trafigura – intervenant à Speexx Exchange Berlin.

Dans le monde entier, les organisations doivent évoluer à une vitesse fulgurante pour intégrer de nouvelles technologies, révolutionner le marché et améliorer des performances. Les experts sont unanimes : les évolutions technologiques seront la cause d’importantes disruption dans la manière dont nous travaillons. Les organisations qui seront les plus performantes seront celles qui ont su prendre le virage de la transformation digitale dès le départ.

Mais quel sera l’impact de la transformation digitale sur la gestion des talents ? Comme faire évoluer les salariés pour faire face aux changements à venir ? Si notre manière de travailler sera maintenant dictée par les avancements technologiques, quelle importance auront les « soft skills » ou compétences relationnelles ? Joueront elle toujours un rôle aussi important dans l’efficacité du travail en équipe ?

Q: Comment fonctionneront les organisations du futur ?

“Je pense que nous pouvons déjà identifier des caractéristiques clés qui sont déjà en place dans certaines entreprises pour assurer une bonne transition vers le futur. L’organisation du futur sera globale et proposera différentes modalités de travail: télétravail vs au bureau, temps plein ou temps partiel. J’observe également une évolution des entreprises vers une organisation matricielle dans lesquelles les talents globaux travaillent de très près avec les talents locaux pour permettre une meilleure réactivité et un travail plus efficace. Pour mettre en place ce type de structure, les fiches de poste et les méthodes de on-boarding deviendront beaucoup plus transparentes pour permettre aux talents aux quatre coins du monde de saisir toutes les opportunités qui s’offrent à eux.

“La transformation digitale va engendrer de nouveaux challenges mais aussi de nouvelles opportunités pour les organisations qui évolueront sur un marché très changeant. L’Intelligence Artificielle (AI) , la blockchain et la robotique sont des perspective d’amélioration de la productivité par la mesure, et l’anticipation de la charge de travail. La durée de vie d’une compétence acquise deviendra de plus en plus courte, ce qui nous demandera de plus en plus d’effort de formation pour rester à la page, tandis que l’automatisation et les contrôles automatiques permettront un meilleur alignement entre la performance et le feedback. »

Q: Comment la technologie impacte-t-elle la performance des salariés ? Et comment cela est-il lié à la communication?

“Les évolutions technologiques permettront de réaliser d’importances économies, un point crucial pour les entreprises industrielles pour lesquelles les marges sont souvent minces. Les organisations qui ne sauront pas s’adapter disparaitront très rapidement, ce qui permettra aux autres acteurs de s’imposer. Les tâches faisant partie d’un processus devront être exécutées avec l’aide d’outils technologiques intelligents pour réduire les erreurs et augmenter l’efficacité.

“L’organisation du futur devra également avoir un process de on-boarding irréprochable pour ses salariés qui proposera une formation sur le cœur de métier de l’entreprise, des partages de connaissance entre départements, de l’autoformation, mais aussi une démarche de formation continue pour rester pertinent sur le marché. Ce qui veut dire que l’organisation du futur ne sera pas seulement définie par son utilisation de la technologie mais aussi part ses qualités relationnelles,« soft skills », la capacité de ses employés à communiquer et sa capacité à garantir un climat favorable au travail. Les facteurs comme l’équilibre travail-vie personnelle, les opportunités de formation et la responsabilité sociale et environnementale vont devenir de plus en plus importants.

Q: Quel rôle ont les « soft skills » dans votre organisation ?

“Les soft skills jouent un rôle très importa à Trafigura. Nous avons noté que les soft skills peuvent varier au sein même de l’entreprise, d’un département à un autre et sont souvent critiques dans les rôles et les fonctions de chacun. La contribution des soft skill au succès de Trafigura a récemment été soulignée par les managers. Ces compétences sont en vogue au sein de notre entreprise car nous essayons de former et d’engager les profils correspondant précisément à nos besoins.

“ Les programmes de formation sont répartis en 5 catégories : intégration, partage d’information entre départements, IT, technique et soft skills. Les formations « soft skills » permettent de travailler les compétences relationnelles, l’intelligence émotionnelle et les compétences linguistiques. Pour obtenir de bons résultats, elles doivent être liées à une compétence concrète au sein de l’entreprise pour s’assurer qu’une stratégie est en place pour assurer leur utilisation.

“Le 25ème anniversaire de Trafigura approche (en 2018) et nous avons hâte de profiter de ce moment pour mettre en avant le succès de notre stratégie de soft skill mapping qui contribue au présent et au futur de notre organisation »

Richard Cannane était un des intervenants à Speexx Echange Berlin 2017. Il est Training & Development Manager chez Trafigura (Geneve), une entreprise spécialisée dans le courtage et le transport des matières premières. Il a rejoint Trafigura en 1999 dans le département Metals & Minerals. Entre 2007 et 2014, il a été responsable des opérations Lead & Zinc Concentrates et Chef de projet Proccessus et intégration des systèmes. C’est un des fondateurs du comité HSEC.

Pour en savoir plus sur la structure organisationnelle du futur, téléchargez grauitement notre livre blanc « Comment gérer l’essor des équipes internationales? »

Téléchargez notre livre blanc >>

A propos de l'auteur :

Tarek Barakat ist Digital Marketing Manager bei Speexx, dem weltweit führenden Anbieter von Online-Sprachtraining und Business-Communication-Skills-Training. Dort verantwortet er das Marketing für den deutschsprachigen Raum.