L’IA est-elle l’avenir du recrutement ?

Une nouvelle technologie de pointe est mise au point chaque jour. Nous avons déjà découvert les véhicules autonomes et les assistants virtuels (« Alexa, quel temps fera-t-il demain ? »). Avec le développement de plus en plus rapide de l’intelligence artificielle (IA), nous pouvons également nous attendre à un bouleversement de notre environnement et de nos processus professionnels. De nombreuses personnes voient déjà l’IA comme l’avenir des RH. En réalité, l’IA a déjà commencé à influencer le travail des équipes RH et des recruteurs : Unilever, une entreprise de biens de consommation basée à Londres, utilise des jeux de neuroscience afin de déterminer si le profil d’une personne est adapté à un poste. Le candidat passe un entretien vidéo durant lequel l’IA analyse comment il utilise un clavier, son langage corporel et ses intonations.

 

Depuis quelques années, les équipes RH du monde entier testent des systèmes automatisés comme les chatbots, logiciels d’amélioration linguistique… . Sélectionner efficacement les meilleurs candidats, optimiser la publication des offres d’emploi et éviter les préjugés humains, voici comment l’IA peut vous aider à améliorer votre processus de recrutement dès aujourd’hui.

 

Sélectionnez mieux et plus rapidement

Selon une récente étude, 52% des responsables RH déclarent que le plus difficile dans le recrutement est de faire le tri parmi les nombreux candidats. Ce problème est exacerbé quand on songe au fait que les budgets n’augmentent pas au même rythme que les besoins de l’équipe RH. Ainsi, les recruteurs manquent souvent de temps et de ressources pour faire une première sélection de candidats avant de passer à l’étape suivante du processus de recrutement.

 

On estime que le coût que représente le recrutement d’un nouveau salarié dans une grande organisation peut aller jusqu’à 250 000 dollars. Cela représente un investissement important, en particulier lorsque l’on s’aperçoit que le candidat ne répond pas aux attentes après quelques semaines ou quelques mois. Un des moyens pour réduire les coûts consiste à automatiser les premières étapes du processus de recrutement. Cela fait gagner un temps précieux aux recruteurs et leur permet de mieux utiliser leurs ressources.

 

L’IA peut servir à standardiser la présélection et la recherche de candidats en faisant un tri automatique en fonction de l’expérience et des qualifications. Par ailleurs, des chatbots peuvent être utilisés lors du premier contact avec les candidats. Des assistants virtuels comme Mya et Olivia, par exemple, sont conçus spécifiquement pour améliorer le processus de recrutement et sont programmés pour communiquer avec les candidats comme le ferait un recruteur : ils peuvent recueillir des informations, examiner des candidatures et répondre à des questions.

 

Cette technologie automatisée permet aux recruteurs de se concentrer sur d’autres activités et leur évite de passer des heures à trier les candidatures. Le résultat est un processus de recrutement plus intelligent, plus rentable et plus efficace.

 

Rédigez l’offre d’emploi parfaite (et neutre)

L’IA peut également servir aux recruteurs en amont du processus de sélection en les aidant à créer « l’offre d’emploi parfaite », une opération difficile et chronophage pour de nombreux professionnels chargés des RH. En plus d’attirer l’attention des chercheurs d’emploi et de décrire avec précision les responsabilités du poste, les recruteurs doivent s’efforcer d’utiliser un langage neutre et attrayant qui suscite l’intérêt des candidats potentiels.

Trop souvent et malgré les précautions prises, des formules sexistes parviennent à s’immiscer dans les offres d’emploi. Dans une récente étude, Totaljobs a trouvé en moyenne six termes sexistes par offre d’emploi au Royaume-Uni. En plus de cela, les domaines traditionnellement « masculins » voient des annonces contenant plus de termes masculins comme diriger, analyser, compétitif, tandis que dans les secteurs plus « féminins », les offres d’emploi utilisent plus de termes aux accents féminins tels que soutenir, responsable, fiable. Avoir conscience du langage utilisé par votre entreprise peut vous servir sur le long terme : lors d’une étude, ZipRecruiter a découvert qu’en supprimant les termes « sexués » d’un descriptif de poste, le nombre de candidatures a augmenté de 42 %, ce qui indique qu’un langage neutre permet de créer une offre d’emploi plus attrayante.

Attirer une plus grande diversité de candidats est l’un des objectifs que s’est fixé Textio, un logiciel d’amélioration du langage fonctionnant avec l’IA qui identifie les termes « sexués » et propose une meilleure alternative. Depuis l’adoption de cet outil, des entreprises telles que Johnson & Johnson, Nvidia et Evernote ont constaté une plus grande diversité de candidats et une réduction du temps passé pour pourvoir un poste.

Une offre d’emploi est le premier point de contact entre une entreprise et un salarié potentiel. Pour attirer les meilleurs candidats, il est impératif de faire une bonne première impression ; utiliser l’IA pour que l’offre d’emploi soit présentée avec un langage plus inclusif et attractif peut vous y aider.

Se débarrasser des préjugés humains

Que l’on veuille l’admettre ou non, tout le monde, même les chargés RH, a inconsciemment des préjugés qui peuvent nuire au processus de recrutement. Du langage « sexué » au profilage racial, les préjugés humains peuvent mener les recruteurs à privilégier certaines caractéristiques démographiques et en discriminer d’autres.

Les résultats d’une recherche publiés dans le Proceedings of the National Academy of Sciences ont révélé que la discrimination raciale à l’embauche ne s’est pas vraiment améliorée depuis une trentaine d’années. Cette étude américaine fait remarquer que depuis 1990, les candidats blancs sont généralement rappelés 36 % de fois plus que les noirs et 24 % de fois plus que les latinos. Des données ont été recueillies en analysant les processus de sélection de CV et d’entretien en personne, ce qui indique que les préjugés contre certains noms ethniques et l’apparence physique ont joué un rôle dans la discrimination finale.

L’IA peut aider à éviter ce genre de préjugé humain en supprimant par exemple les éléments discriminatoires du processus de sélection, en programmant les systèmes pour que les décisions ne soient prises qu’en fonction des compétences et de l’expérience. Le problème dans ce cas de figure est que les systèmes d’IA programmés par des humains peuvent reproduire les mêmes préjugés que leurs créateurs, en fonction de qui rédige l’algorithme et comment. Toutefois, l’IA n’a pas les préjugés inhérents à la nature humaine et a donc le potentiel de les éliminer si elle est utilisée correctement.

L’avenir des RH

Nous ne savons pas encore tout de l’intelligence artificielle, mais une chose est certaine : l’intelligence artificielle dans les RH aura un impact de plus en plus profond sur notre manière de travailler. C’est une époque importante pour les professionnels chargés des RH qui testent et apprennent de cette nouvelle technologie, mais nous devons également nous souvenir qu’il faut des humains pour diriger les ressources humaines. Cependant, lorsqu’elle est correctement utilisée, l’IA peut jouer un rôle de soutien crucial et aider les responsables RH à enrichir, gérer et développer leurs équipes. Qu’en pensez-vous ? L’IA est-elle l’avenir des RH ?

Regardez notre webinaire sur la gestion des talents

A propos de l'auteur :

Jörg is Co-Founder and CEO of Speexx, the world’s leading online language learning and business communication skills training service. He writes and occasionally speaks about technology and its impact on learning and digital transformation. Follow Jörg on LinkedIn.