Le BYOD dans la formation, une fausse bonne idée ?

Le BYOD – ou Bring Your Own Device en anglais – est une politique en vogue depuis quelques années dans les entreprises. Concrètement, elle encourage les salariés à utiliser leurs propres appareils dans le cadre professionnel.

Cette stratégie comporte de nombreux avantages pour les RH, notamment parce qu’elle augmente l’accessibilité des employés aux contenus de formation. Très utilisé dans les PMEs et startups le BYOD comporte toutefois de nombreux inconvénients : failles de sécurité, manque d’investissement et de contrôle… Au point de se demander : le BYOD est-il vraiment une bonne idée pour la formation ?

Le BYOD encourage la formation mobile.

Commençons par les points positifs : le premier avantage du BYOD, c’est qu’il permet une intégration facile de la formation dans le quotidien des apprenants. Puisqu’ils accèdent à la formation depuis leur propre appareil, ils n’ont en effet pas besoin de faire d’efforts pour s’adapter à un nouvel environnement technologique. Les collaborateurs sont ainsi plus efficaces et leur satisfaction augmente : ils sont libres de leurs choix et ont tendance à avoir des des ordinateurs ou des smartphones plus avancés que ceux proposés par l’entreprise.

L’expérience pour l’utilisateur est en conséquence plus agréable : il n’y pas de temps de prise en main, le temps passé pour s’adapter à l’appareil est ainsi consacré directement à la formation. Plus encore qu’un gain de temps, il s’agit aussi d’un gain d’argent pour l’entreprise : elle économise l’achat ou la location de ces outils pour leurs salariés.

Par ailleurs, la mobilité permet un plus grand accès à la formation. Celle-ci se consomme de plus en plus on the go et les appareils les plus fréquemment utilisés pour y accéder sont donc les smartphones et tablettes.

Le contenu est accessible n’importe où et n’importe quand, les collaborateurs peuvent donc se former rapidement et de manière flexible ou pratique : dans les transports, en déplacement, entre deux RDVs, etc. Cette flexibilité encourage le micro-learning et le continuous learning – de courtes séquences d’apprentissage très efficaces qui sont gardées en mémoire à plus long terme,

Puisque le BYOD permet plus de liberté, de flexibilité et de mobilité, elle rend la formation plus accessible et performante.

Les limites d’une politique BYOD pour la formation.

Malgré ces avantages, le BYOD, comme toute politique, comporte des inconvénients. A noter en premier : l’absence de coupure nette entre la vie professionnelle et personnelle. A l’heure où le droit à la déconnexion est non seulement revendiqué par les salariés, mais nécessaire à leur productivité, le fait d’utiliser son propre ses propres outils à des fins professionnelles peut brouiller encore plus les frontières entre ces deux mondes.

Plus encore, cette utilisation pro de ressources persos peut soulever des questions quant à l’engagement réel de l’entreprise : si l’investissement dans des moyens de formation n’est pas une priorité pour l’entreprise, pourquoi devrait-elle l’être pour le collaborateur ?

Aujourd’hui, le manque d’équipement en smartphone et en tablette est décrit comme le frein principal au développement du mobile learning dans les entreprises. Qu’en est-il par ailleurs des collaborateurs qui ne sont pas équipés de smartphones – ou qui ne sont pas à l’aise avec ces outils ? Sont-ils privés de formation ? C’est un sujet qui mérite d’être abordé en profondeur, à la fois par les RH et la DSI, en charge du déploiement des nouveaux appareils et outils dans l’entreprise.

La DSI doit être d’autant plus impliquée qu’elle est responsable de la sécurité des données de l’entreprise. Il est en effet difficile de garantir la protection de ces données sur des appareils privés. L’entreprise n’a ainsi aucun contrôle sur ce parc informatique, vu qu’il n’appartient pas à l’entreprise – et les collaborateurs ne sont pas à l’abri d’un vol de matériel.

Au niveau juridique enfin, que se passe-t-il lorsque le collaborateur quitte l’entreprise ? Autant de questions auxquelles il faut apporter des réponses avant de mettre en place une politique BYOD pour la formation dans son entreprise.

Le BYOD permet un accès plus simple à la formation : meilleure expérience utilisateur, plus de flexibilité et de mobilité. Mais le fait d’utiliser ses propres appareils pour l’apprentissage professionnel soulève d’autres challenges et d’autres questions.

Quelles que soient les réponses que vous trouverez dans votre entreprise et la décision que vous prendrez, il est important de prendre conscience que le mobile learning est une tendance de formation sur laquelle il faut se positionner. Nous sommes en effet dans une ère de plus grande mobilité et l’entreprise – et la formation – doivent s’y adapter rapidement.

Essayer Speexx Gratuitement

A propos de l'auteur :

Johan Michel est Directeur Général de Speexx France depuis 2014. Docteur en informatique et auteur d'une thèse sur l'enseignement des langues assisté par ordinateur, il a été expert auprès des clients de Speexx pendant 7 ans avant de prendre la tête de notre filiale française.