Marque employeur globale : Comment plaire à la fois aux talents Américains et Européens ?

De nos jours, lors de recrutements, les entreprises sont presque autant observées et évaluées que leurs candidats. La marque employeur est passée à la loupe grâce à de simples recherches internet. Si vous y pensez bien, la plupart des services permettant d’évaluer les entreprises en ligne sont originaires des Etats Unis, et cela n’est pas un hasard. En effet, la culture d’entreprise et le management sont des critères très importants à prendre en compte pour les Américains à la recherche d’un travail. Les Européens, quant à eux, ont des critères un peu différents en tête.

Une façon simple de déterminer les valeurs les plus importantes pour les salariés selon leur localisation est d’analyser les termes qu’ils utilisent lors de leur recherche d’emploi. Aux Etats Unis, on constate que la majorité des termes de recherche sur la marque employeur sont centrés autour de la culture et de la vie de l’entreprise. Parmi les termes les plus recherchés, on retrouve “management”, “talent” et “culture ». Les recherches Européennes (et plus particulièrement provenant d’Allemagne, d’Angleterre ou de France) se concentrent plus sur des mots clés tels que “RH” et “LMS”.

Culture et Avantages

Les Américains ont de très bonnes raisons d’être plus attentifs à la culture d’une entreprise que leurs collègues Européens.

Netflix a fait le buzz en annonçant un congé parental payé de 12 semaines (et jusqu’à 12 mois), une exception aux Etats Unis. Pour la plupart des pays Européens, cette période de congés, rendue obligatoire par les gouvernements, est maintenant considérée comme un dû. Tous les pays Européens doivent offrir 14 semaines de congés maternité au minimum (payés ou non). La Finlande va même plus loin en proposant 45 jours de congés pour les jeunes papas.

Pour les vacances, l’Union Européenne prévoit 4 semaines minimum de congés payés alors qu’aux Etats Unis, il n’y a aucune obligation. Les Etats Unis sont même le seul pays développé à ne pas avoir fixé un nombre de jours de congés minimum légal pour les salariés ! Alors évidemment, lorsque les Américains se mettent à la recherche d’un travail, la culture d’entreprise et les avantages tels que des congés payés peuvent faire fortement pencher la balance vers une entreprise ou une autre.

Le Style de Management

On constate une autre différence entre l’Amérique du Nord et l’Europe. Alors que les recherches aux Etats Unis se concentrent sur le management, les Européens ont tendance à creuser dans les programmes RH dans leur globalité.

En clair, aux Etats Unis, les compétences individuelles d’un manager et son leadership sont des facteurs déterminants pour la réussite d’une équipe. En Europe, le management est plus équilibré et repose sur toute une équipe plutôt que sur un individu. Le premier est synonyme de plus de risques mais aussi de plus grands succès, la seconde solution semble quant à elle plus stable, mais générera peut-être moins d’opportunités. Cette tendance en Europe va de pair avec la politique Européenne qui prône un bon équilibre vie personnelle/vie professionnelle.

Localisation

Enfin, la localisation de l’entreprise a plus d’importance en Europe. Pour pouvoir opérer sur ce marché multilingue, les entreprises doivent avoir une stratégie de formation en langue solide pour leurs employés via un LMS (learning management system).

Par exemple, une entreprise située en Suisse doit pouvoir parler en Français et en Allemand, les deux langues principales du pays. En plus de ça, il leur est indispensable de pouvoir utiliser l’Anglais, la langue internationale, et l’Italien, la troisième langue la plus parlée en Suisse. S’ils veulent s’étendre en Europe, de nouvelles formations en langue seront encore nécessaires.

Rien à voir avec l’Amérique du Nord, où la seule et unique langue la plus parlée est l’Anglais, de manière écrasante. Des efforts pour parler d’autres langues sont faits lorsque les entreprises s’exportent sur de nouveaux marchés internationaux. Se concentrer sur une seule langue peut en effet être dangereux pour une entreprise.

Que votre entreprise recherche à améliorer le niveau d’Anglais de ses salariés ou à apprendre une nouvelle langue, Speexx propose des solutions de formation en langues adaptées à vos besoins.

L’essentiel

Les différentes politiques et règles fixées par les gouvernements font naître des différences de priorités entre les employés Américains et Européens. Les employés Américains favorisent les avantages tels que les congés payés ou les congés maternité. Ils se concentrent également plus sur les qualités individuelles d’un manager et l’intégration de son leadership dans la culture de l’entreprise. D’un autre côté, grâce aux régulations mises en place par le gouvernement, les Européens peuvent se permettre de moins se concentrer sur des avantages qui leur sont déjà garantis comme les congés payés par exemple. Ils auront d’autres préoccupations telles que la politique de formation de l’entreprise par exemple.

Pour pouvoir satisfaire les deux populations et avoir une marque employeur qui séduit aux quatre coins de la planète, la solution est peut-être d’offrir de solides programmes de formations en langues à vos salariés. Sur le marché multilingue Européen, cela sera perçu comme une formation professionnelle ajoutant de la valeur à une carrière et agissant directement sur l’employabilité du salarié. Et en Amérique du Nord, cela sera perçu comme un avantage additionnel. En bref, un bon programme de formation en langue est un moyen efficace d’attirer les meilleurs profils sur tous les marchés !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la gestion globale de talents, téléchargez gratuitement notre livre blanc « Comment gérer l’essor des équipes internationales? »

Photo: Artens / Shutterstock.com

TELECHARGER LE LIVRE BLANC
2017-05-10T09:55:48+00:00

A propos de l'auteur :

Johan Michel est Directeur Général de Speexx France depuis 2014. Docteur en informatique et auteur d'une thèse sur l'enseignement des langues assisté par ordinateur, il a été expert auprès des clients de Speexx pendant 7 ans avant de prendre la tête de notre filiale française.